Galerie nostalgique

Un jour Marinette m'a montré son cahier, et j'ai pensé, c'est un trésor ... le blog des cahiers de couture est né. Des cahiers sont arrivés de toutes parts, et la collection virtuelle s'est agrandit. Bienvenue dans le monde de l'enfance, bienvenue dans les cahiers de couture, oubliez tout et devenez l'espace d'un instant une écolière. Et si vous avez encore votre cahier de couture, je le publierai avec émotion. Nathalie

mercredi 13 avril 2011

Un petit mot

Un article sur le blog DMC, et il m'est revenu en mémoire, ce blog crée il y a de cela quelques temps, j'ai redécouvert dans mon atelier des cahiers à mettre en ligne, alors ......... peut être dans quelques temps, quand le temps de flaner nostalgiquement me sera rendu. A très bientôt.

mardi 7 avril 2009

Le cahier de Jeanne Gallais âgée de neuf ans - Fondettes - Années 1891 - 1892



Jeanne Gallais agée de 9 ans ....




Elle brode son premier abécédaire. Il illustrera son cahier de couture.
Jeanne est une débutante et le point compté lui tend encore des pièges.... Elle ne réussit pas à caser le S de son nom de famille !


En 1894, Jeanne a 12 ans, elle est devenue experte, les petites croix n'ont plus de secret pour elle. A points comptés, elle brode désormais sur cette toile très fine. Toujours en rouge, la couleur du fil de marque. En DMC mon rouge à moi est le 815. C'est la couleur que je préfère broder. L'écolière apprend aussi à coudre, à chaque page, une explication soigneusement écrite et l'illustration cousue qui l'accompagne.



Le crochet et le tricot ont livré leurs secrets. Voici une adorable petite chaussette tricotée à quatre aiguilles comme il se doit. Avez-vous déjà essayé de tricoter des chaussettes ? Et bien c'est très amusant !




A l'époque de Jeanne Gallais, on ne jette rien, on répare et on apprend à le faire bien. Restauré de la sorte, un siècle après, le drap de lin viendra border nos nuits trop douces.

Les coudes usent les gilets des enfants sages, et les récrés, les pantalons des garnements. Quant aux chaussettes n'en parlons pas, avec un tel raccomodage, elles ne trouveront jamais le répit de la boite à cirage !






Ce cahier appartient à Lulu Sorcière, les textes les photos sont de Lulu, que je remercie de sa contribution aux cahiers de couture, pour découvrir le blog de Lulu,




Potions sorcières, pas trop amères, ingrédients divers, généalogie, bricolage, lectures, humeur et humour, maux mots et mômes, science et patience... Et vos commentaires modérés pour tout assaisonner ...Au gré de vos clics sur les photos ou la p'tite sorcière, d'autres chemins à parcourir... C'est elle même qui le définit je vous laisse entrer dans le monde de Lulu Sorcière



































mercredi 17 décembre 2008

Le cahier de Marie Louise


Marie-Louise est née le 17 août 1904 à Boursay dans le Loir-et-Cher, 3e enfant après 2 garçons. Son père est jardinnier d'un château appelé "les Grands Pierres" qui existe toujours. L'hiver il doit se lever 2 fois par nuits pour entretenir les braseros au pied des orangers installés dans la serre pour qu'ils ne gèlent pas. La vie n'est pas facile. Son frère ainé meurt d'une pneumonie en 1911 pendant son service militaire à Versailles à 20 ans. A partir de ce jour la vie est triste. Il ne faut plus ni rire ni chanter.

Ce cahier de couture a été commencé en 1913 lorsqu'elle a 9 ans et se termine en 1917 à 13 ans l'âge de la photo. Elle est une très bonne élève et très soigneuse. Son rêve est de devenir institutrice. Hélàs de très fortes migraines l'en empêcheront et lorsqu'elle obtient son certificat d'études elle est placée chez une couturière comme apprentie. Elle fera des ourlets à la main durant 4 ans avant d'avoir le droit de faire autre chose. Elle a exercée le métier de couturière jusqu'à sa retraite.

Voilà l'histoire de ma grand-mère devenue veuve en 44 lorque ma mère n'avait que 10 ans! C'est la couture qui les fera vivre.
Pascale de la " Rue Fédor" et ses Flâneries


























Posted by Picasa

Le cahier de Marie Louise
















jeudi 12 juin 2008

Le cahier de Brigitte Gaillard


Je suis tellement contente, aujourd’hui, d’avoir gardé ce cahier de couture, de lui avoir fait traverser mes nombreux déménagements !! Pourquoi celui-là ? Sans doute parce que ma vie a toujours été accompagné de travaux d’aiguilles : petite fille, pendant que maman me confectionnait robes, jupes ou chemisiers (que du bonheur : du choix du tissu jusqu’à l’instant sublime de l’essayage final !) je jouais avec ses boîtes de boutons. Puis ce fut mon premier canevas sur lequel je tirais trop fort et déchirais la trame, mes premiers essais de tricot et les points qui s’échappaient... Avec l’adolescence ce fut l’époque « 100 idées » et son lot de sacs confectionnés à partir de serpillères ou autre cape coupée dans une couverture de l’armée ! Et mon niveau en tricot qui s’améliore avec le jacquard (pulls mais aussi magnifiques chaussettes pour les pieds douillets de mes copains motards !). En couture quelques vêtements aussi. Jusqu’à la découverte, au début de ma trentaine, de la broderie au point de croix qu’aujourd’hui, je monte, assemble, coordonne et agrémente de boutons, dentelles ou autres rubans. Chacune de ces « périodes » a été attachée à sa machine à coudre : d’abord « Ma Cousette », jouet que je garde jalousement dans sa boîte. Puis grande fierté lorsque j’ai pu utiliser la machine Singer à pédale de maman. Seul défaut, un seul point, pas de surfilage ! Alors l’achat, avec ma première paye de travail d’été, d’une « Brother » dans le catalogue de la Maison de Valérie ! Achat rentabilisé sans problème. Et, il y a quelques années l’acquisition d’une Singer un peu plus complète. D’innombrables moments de bonheur……………" A très bientôt j'espère Amicalement Brigitte








mardi 29 avril 2008

Le cahier de Françoise Daveau

Là j'ai 8 ans.

Vous risquez d'être sans doute d'être déçues, mon cahier n'est pas dans le style gentiment rétro des autres cahiers sur son blog, car dans mon cas il n'y a pas de travail sur tissu, c'est juste un regard sur une autre époque ... C'était en 1950, ma première année au lycée , entrée en Seconde après examen ( Vous pensez, je venais d'une école religieuse, ça avait l'air douteux !) Mais sur vingt-cinq présentées , nous avons été seulement trois a être acceptées , je pense que notre niveau n'était pas si désastreux , et j'allais avoir 15 ans . J'ai beaucoup ri pendant ces cours que je ne prenais pas au sérieux, et je me suis souvent fait épingler par le prof ... normal vu la matière de son enseignement !!! Mais , idiot ou pas, quelques années plus tard figurez-vous que ce cahier m'a bien servi .
Je me trouvais au fin fond de l'Afrique , dans un village paumé où j'ai commencé à pouponner Christine, et il a bien fallu que je me débrouille toute seule pour lui faire sa layette, alors , j'ai ressorti ces petits patrons et j'ai été très fière de pouvoir lui faire quelques brassières, dont une ou deux brodées et ... que je n'ai pas du lui mettre souvent , vu la température ! Tiens, j'y pense, j'aurais pu aller chercher au grenier mon carton layette et photographier par la même occasion, le résultat de ces leçons, j'irais et je vous les montrerais une autre fois ... Autre époque, en 57 pour mon fils né à Paris, un 13 avril d'ailleurs, c'est bientôt son anniversaire, on m'avait encore emmaillotté mon bonhomme dans un lange en laine ! Vous voyez ça d'ici , le paquet cadeau ! Aujourd'hui les bébés dans leurs petits pyjamas sont bien mignons et plus faciles à changer avec leurs couches en papier, cela complique moins la vie des mamans, je ne peux pas oublier le nombre de couches Tétra que j'ai eu à laver, avec la bonne lessiveuse antique avec son champignon central qui reversait l'eau savonneuse quand l'eau bouillait ! Quels souvenirs, je n'ai eu de machine à laver qu'en 59, après notre retour en France ... après une bonne petite révolution en Guinée où nous l'avons échappé belle ! Je m'éloigne du sujet, mais à vous, mon histoire de lessive vous parlera peut-être ?

Amicalement

Françoise







mercredi 2 avril 2008

Le cahier de Martine G - Année scolaire 1969 - 1970

J'ai confectionné ce cahier de couture en classe de 3ème moderne 1 , du Lycée Ernest Renan à Saint-Brieuc durant l'année scolaire 1969-1970 . c'est la dernière année où cette matière m'a été enseignée, à mon grand regret car j'étais passionnée de couture. Quoique je n'ai pas eu l'occasion d'en faire ma profession , je n'ai jamais cessé de coudre, réalisant souvent mes vêtements, ainsi que ceux de mes filles .


Voici l'adresse de mon blog : http://martinebreizh.canalblog.com/

















Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Membres